CAHIER DES CHARGES

L’ensemble des engagements de la filière MARGUERITE HAPPY COW est repris dans un cahier des charges détaillé. Le cahier des charges précise les règles, rôles et objectifs de chaque membre de la filière. Un organisme certificateur externe contrôle et garantit le respect du cahier des charges de la filière.

En savoir plus

Pour résumer, la filière MARGUERITE HAPPY COW repose sur 5 piliers :

1. L’herbe et le pâturage

Cliquez pour agrandir

La vache est un mammifère ruminant. Manger de l’herbe et pâturer dans les prés est une évidence.

Minimum 70% de la ration de la vache laitière de la filière est composé d’herbe. Les vaches pâturent dans les prés minimum 180 jours par an.

La surface minimum imposée est de 4 vaches par ha.

2. Aliments régionaux et naturels

Une attention particulière est portée à la proximité de l’origine des aliments. L’impact environnemental est moindre. La dépendance aux prix et aux importations lointaines est fortement diminuée pour l’agriculteur.

L’herbe constitue la part majeure de la ration de la vache. Concernant les compléments alimentaires (sommet de la pyramide), le cahier des charges impose que minimum 70% des fourrages soient produits localement (pays de Herve). Les autres fourrages doivent provenir d’un rayon inférieur à 100km.

Pour le solde des compléments alimentaires de la vache, ils sont 100% végétaux (céréales et coproduits uniquement). Minimum 95% des céréales sont produits dans un rayon inférieur à 300km de l’exploitation. L’absence d’OGM dans la ration de la vache est garantie.

3. Production d’un lait de qualité différenciée

Le lait produit dans la filière est destiné à être transformé en fromages. Des points d’attention particuliers sont recommandés. Le label de certification du lait QFL est exigé.

Les fourrages sont analysés. Un technicien en alimentation assure un suivi et une assistance à l’agriculteur. Le lait est collecté et acheminé en direct à la fromagerie dans des compartiments séparés pour transformation en fromages. Toute une série de bonnes pratiques contribuent à garantir un lait de qualité différenciée.

4. Taille humaine et revenu plus équitable

Au-delà d’une certaine taille de troupeau, il devient techniquement impossible de faire pâturer les vaches comme le prévoit le cahier des charges MARGUERITE HAPPY COW. La filière privilégie les bonnes pratiques et un modèle agricole à taille humaine.

Une prime filière est versée à l’agriculteur par litre de lait produit en plus du prix du lait payé par sa coopérative. Cette prime est plus élevée quand les cours du lait sont faibles. Cela contribue à un revenu plus équitable et plus stable pour l’agriculteur membre de la filière.

5. Transformation locale en fromages

Le lait est une matière première. Sa transformation contribue à générer de la valeur ajoutée pour les acteurs de la filière. La transformation locale en fromages est génératrice d’emplois et de savoir-faire régional. Les fromages (ou autres produits laitiers) sont destinés au marché belge de la grande consommation.

La stabilité de la filière repose sur des débouchés commerciaux stables et durables. Les consommateurs belges qui soutiennent la filière en consommant ses produits contribuent à sa stabilité et sa pérennité.

Navigation